Psychanalyse à distance?

Le dernier billet est du 30 Avril 2016
26 octobre 2011 Skypanalyse?
Psychanalyse par Skype, Congrès de Mexico 2011 API
27 octobre 2011 Le "laboratoire" chinois
mais Skype est un outil universel..
28 octobre 2011 Le cadre
Un cadre par écrans modifie l'analysable
30 octobre 2011 Le secret
Qui peut garantir le secret exigé par le travail avec la vie psychique?
03 novembre 2011 Formation des psychanalystes à distance?
Formes mixtes et passage à la limite.
11 novembre 2011 Skypanalyse, prolégomènes2, la demande
A l'occasion de la Chine, réponse universelle à "la demande"?.
12 novembre 2011 Skypanalyse et cyberthérapies
Pour ouvrir les débats..
03 décembre 2011 Comme si de rien n'était..
Deux positions opposées
09 juin 2013 Confidentialité
Généralisation de la "surveillance"
16 août 2013 Fin de la confidentialité?
Absence de réaction du monde de la psychanalyse
18 février 2014 Les limites de l'ontophanie numérique
Lecture de S.Vial, L'Etre et l'Ecran.
19 mai 2014 Les psychanalystes et la révolution numérique
Une prophétie de J.Attali
31 août 2014 L'enquête de l'IPA
sur la psychanalyse à distance
7 février 2016 Résultats de l'enquête de l'IPA
Brèves remarques sur les limites
9 février 2016 Doxa et Déni
le point 7 du récent texte de l'IPA sur la formation
20 avril 2016 A posteriori
Une preuve du sort des conversations par Skype
25 avril 2016 Privacy, Telecommunications and the Psychoanalytic setting
A propos d'une conférence de J.Churcher
26 avril 2016 Doxa et Déni
mise à jour
30 Avril 2016 Cadre et déni
Suite de l'article de J.Churcher
2011
Deux Congrès (Chicago 2009, Mexico 2011) de la très officielle API avaient des ateliers où on interrogeait le matériel "clinique" de sessions "psychanalytiques" conduites par Skype avec des membres des professions médicales et des étudiants chinois.
Je tiens pour assuré (comme je l'ai écrit souvent) que la co-présence effective dans un même lieu des deux partenaires d'un travail psychanalytique est un incontournable et que ceux qui mettent en pratique des "transpositions" de cette situation par écrans interposés non seulement semblent n'avoir jamais vécu eux-mêmes des moments de silence ou de régression sur un divan (ils sauraient alors pourquoi ils ne peuvent vivre de tels moments essentiels à la remémoration-élaboration devant un écran..) mais encore (et cela se remarque moins mais est très important) semblent avoir fort peu expérimenté le mode de vie intellectuelle, émotionnelle, et les modes différents de régression et de fantasmatisation que la vie sur l'écran produit.
Il me semble que dans les jeunes générations intéressées par la psychanalyse, une telle position peut paraitre n'étre qu'un refus de ce que l'Internet apporte.Je vais donc essayer de faire deux choses:
-Montrer beaucoup plus en détail ce qui peut se passer avec le dispositif Skype (que j'utilise avec plaisir dans ma vie "ordinaire")
-Chercher (avec ceux qui y travaillent) si et comment des éléments cliniques concernant directement la vie psychique peuvent être mis en travail dans des dispositifs à distance. En ce qui concerne les psychanalystes qui pratiquent la skypanalyse, je ne dis pas qu'ils ne font rien, je pense qu'ils font "autre chose". Reste à théoriser cette "autre chose"
Genevieve Lombard Bordeaux 31 octobre 2011