Je(u) de soi ou simple egocasting ?

premier gif   Ces 10 rêves d'identité numérique déploient des possibilités qui vont de l'émergence du Je dans des activités-sujet, à l'egocasting, et aux fonctionnements réifiés ("soi" comme ensemble de données) .La suite des travaux d'identités actives et notamment de l'atelier "Je(u) de soi : se mettre en scène dans le numérique" insiste à nouveau, dans son titre-même, sur cette activité sujet, différente de l'egocasting basique et généralisé qui semble dominer le Web 2.0.
La première illustration de mon site perso (icsweb)hébergé par mygale en 1997.
Pour moi, l'interrogation du début est encore à l'ordre du jour...
 

Très intéressant, ce titre qui ramène une fois de plus pour moi Winnicott et sa précieuse différence entre " play" et " game". Car ici, nous sommes entre les deux puisque toutes ces activités qui peuvent être très personnelles, voire intimes, se déploient dans un espace où il y a des moyens techniques pour jouer, des règles du jeu et toute une activité sociale qui va du partage à la compétition au sens strict (arriver en tête..).

Dans son "rapport d'étonnement" concernant cet atelier, Francis Jaureguiberry fait la part belle à cette activité-sujet-playing:"En fait, je crois que tout cela, le fait de pouvoir faire partager de multiples pans de sa personnalité en plus des sois « officiels », le fait aussi de vivre des choses en pensant déjà à leur narration, etc. conduit à une complexification de la personnalité et par conséquent sollicite encore plus le petit travailleur infatigable qui doit mettre de l’ordre dans tout ça : le Je, le sujet. Et il ne faut pas croire que cela se construit sur du vent parce que sur Internet. Pas du tout, parce qu’en face, il y a aussi d’autres sujets, d’autres je à la recherche d’eux mêmes et qui ont envie de se construire dans la relation aux autres. Encore une fois, tout ceci est vraiment révélateur d’un immense besoin de lien, d’écoute et d’échange que la vie « réelle » ne comble pas."

Témoignages

Je ne m'autoriserai pas à résumer ce que nous disent les participants de cet atelier, car leurs entrées comme acteurs de l'internet, leurs modes de "jeu" et leurs itinéraires sont différents, et il vaut mieux les lire là où ils sont publiés. Le témoignage qui m'a le plus interessée est celui de Laurent Gloaquen, Embruns (sûrement parce que je lis son blog depuis toujours).Quelques petites pensées à propos de ce témoignage:

1.Ce qui amène quelqu'un à faire un site perso sur le web dans les années 96-97..pour Laurent Gloaquen un deuil..Pour bien d'autres aussi, je me souviens du mode d'émergence de bien des sites perso entre 1997 et 2000, ce fut à l'occasion d'un malheur, d'une longue maladie, d'un moment dépressif, ou à l'inverse , d'un moment d'enthousiasme pour les choses-web...Le résultat est le même pour tous :«  c’était pour moi être acteur sur l’Internet, avoir sa maison, son home sweet home."(LG)

2.Ce qui est trouvé, des formes de liens et de réciprocité inédites."Je crois parfois qu’il y a même une certaine réflexivité, et que votre blogue et son lectorat vous façonnent. Votre blogue joue un rôle proactif dans votre construction intime. C’est une pensée un peu effrayante."

Sur ces webwege, même les sentiers les plus solitaires croisent les chemins des autres.Un jour, en lisant Embruns, j'ai été très très contente. C 'est à propos d'un commentaire."Embruns" avait pris un trop grand risque d'être compris à l'inverse de ce qu'il disait sur une question très "sensible" et j'ai vu E---- venir poser (très amicalement et très intelligemment comme d'hab) un petit grain de sel très efficace, qui a stoppé net la confusion possible..

3. On sait que dans les espaces potentiels selon Winnicott, le pôle narcissique peut être plus ou moins actif. Sur les blogs, le jeu avec le miroir peut être mis en scène et avoir de très nombreux spectateurs.:"J’ai beaucoup joué avec mon image, je l’ai scénarisée, je l’ai truquée."(LG)..Cet aspect spectacle (ce n'est pas le cas pour Embruns),prend dans bien des endroits un aspect demesuré et sert aussi bien à la pub qu'à l'exhibition pure et simple de soi.

4.« Mon blog est très textuel, ce qui fait qu’il n’est pas très spectaculaire"...Eh bien, je pense justement que là est le secret de cette réussite, le texte, qui anime l'ensemble plus profondément et plus sûrement que les "images", les video etc. Depuis que je me promène dans les forêts du web, je le pense profondément:

Tant qu'il y aura du texte, il y aura du "sujet".
 
 
Genevieve Lombard Bordeaux,11 mai  2008